Invocation N°46 – Le jour de l’Aïd ul-Fitr et le vendredi

ramadhan-2Après avoir effectué la prière le jour de l’Aïd ul-Fitr ou bien après avoir accompli la prière du Vendredi, se lever et se tourner vers la Qibla (La Mecque) afin de réciter cette prière

Ô Celui qui fait Miséricorde à celui envers qui aucun serviteur ne fait preuve de clémence, ô Celui qui accueille celui qu’aucun pays n’accueille, ô Celui qui ne méprise pas ceux qui ont besoin de Lui !

Ô Celui qui ne déçoit pas ceux qui insistent auprès de Lui, Celui qui ne déçoit pas ceux qui insistent auprès de Lui, ô Celui qui ne repousse pas ceux qui ont confiance en Lui !

Ô Celui qui sélectionne [accepte] l’infime de ce qui Lui est adressé, qui remercie pour le modique de ce qui est fait pour Lui, ô Celui qui remercie pour le peu et récompense avec grandeur !

Ô Celui qui se rapproche de celui qui s’est rapproché de Lui, ô Celui qui appelle à Lui-même celui qui Lui a tourné le dos, ô Celui qui ne change pas le bienfait ni ne hâte la sanction, ô Celui qui fait fructifier la bonne action pour la multiplier et est Indulgent devant la mauvaise action jusqu’à l’effacer !

Les espoirs sont revenus avec les besoins [satisfaits] avant d’atteindre l’étendue de Ta Générosité, les récipients des demandes sont remplis du flot de Ta Largesse, les qualifications se disloquent avant d’arriver à Te décrire.

Alors à Toi l’Elévation la plus élevée au-dessus de toute personne élevée et la Majesté la plus glorieuse au-dessus de toute majesté ! Tout ce qui est majestueux devient petit auprès de Toi et tout ce qui est noble devient vil à côté de Toi.

Sont déçus ceux qui se rendent auprès d’autres que Toi, les demandeurs sont perdants sauf ceux qui s’adressent à Toi, les visiteurs sont égarés sauf ceux qui se rallient à Toi, les affamés souffrent de la pénurie sauf ceux qui ont recours à Ta Faveur.

Ta Porte est ouverte à ceux qui désirent, Ta Largesse est accessible à ceux qui demandent, Ton Secours est proche de ceux qui appellent au secours.

Ne sont pas déçus par Toi ceux qui ont espoir, ne désespèrent pas de Tes Dons ceux qui s’exposent, ne sont pas rendus malheureux par Ta Sanction ceux qui demandent pardon.

Tes Ressources s’étendent [aussi] à celui qui Te désobéit, Ta Mansuétude est [aussi] accordée à celui qui T’est hostile, Ton Habitude est d’être Bienveillant envers ceux qui font le mal, Ta Règle est d’épargner les transgresseurs !

Au point, sans doute que l’absence de précipitation de Ta Part les a trompés, retardant le retour [leur repentir], Ton sursis les a empêchés de renoncer. C’est que Tu prends Ton Temps avec eux pour les ramener à Ton Ordre, Tu leur accordes un sursis, Te fiant à la permanence de Ton Royaume !

Ainsi, pour celui qui fait partie des bienheureux, Tu achèves pour lui par une issue bienheureuse et pour celui qui fait partie des malheureux Tu l’abandonnes à cette issue malheureuse ; tous aboutissent à Ton Jugement et leurs affaires.

Ton Pouvoir ne s’affaiblit pas tout au long de leur durée, Ta Preuve ne s’invalide pas en leur laissant un délai, Ton Argument est inébranlable et ne se récuse pas et Ton Pouvoir est établi et ne disparaîtra jamais !

Aussi, la malédiction perpétuelle est pour celui qui s’éloigne de Toi, la déception avilissante est pour celui qui désespère de Toi, et la pire des misères est pour celui qui s’est trompé à Ton Sujet !

Combien nombreux sont ses retournements dans Ta Torture, combien long est son séjour dans Ton Châtiment, combien éloigné est son but de la Délivrance, combien son désespoir est grand de [trouver] avec facilité une issue !

[Tu agis] avec Justice dans Ton Décret, Tu ne lèses personne en cela, Tu traites avec équité dans Ton Jugement, Tu n’es pas injuste envers quiconque !

Déjà, Tu as mis en évidence les arguments et Tu as accepté les excuses, Tu as présenté des avertissements et Tu T’es montré Aimable dans la sollicitation, Tu as donné des exemples !

Tu as prolongé le sursis, Tu as tardé alors que tu pouvais hâter [les choses], Tu as pris Ton Temps alors que Tu es Plein d’initiatives. Ta Modération n’était pas une impuissance, ni Ton Sursis une faiblesse, ni Ta Retenue une négligence ni Ton Attente une courtoisie !

Au contraire ! C’était pour que Ton Argument soit plus persuasif, Ta Grandeur plus parfaite, Ta Bonté plus abondante et Ta Bienfaisance plus complète ! Tout cela était et Tu n’étais pas absent et cela est et Tu ne cesseras pas d’être.

Ton Argument est trop majestueux pour être entièrement décrit, Ta Grandeur est trop élevée pour être essentiellement définie [de toute Son entité], Ta Bienfaisance est trop incommensurable pour être totalement dénombrée, Ta Bonté est trop abondante pour être remerciée pour le moindre !

N’arrivant pas à Te louer, je me suis tu ; étant incapable de Te glorifier je me suis abstenu [de le faire]. Le maximum que je [puisse faire] est de reconnaître ma faiblesse, non pas volontaire, ô mon Dieu, mais par incapacité ! Alors me voila ! Je suis venu à Toi intentionnellement et je Te demande la bonne contribution !

Prie sur Mohammed et sur sa famille et écoute ma confidence, exauce ma demande, n’achève pas ma journée en me décevant, ne me fais pas l’affront de repousser ma demande, honore mon retrait de chez Toi, et mon retour à Toi, car Tu n’es pas gêné par ce que Tu veux, ni impuissant par rapport à ce qui T’est demandé, Tu es Puissant sur toute chose, il n’y a de Puissance ni de Force qu’en Dieu, le Très-Elevé, le Très-Grandiose !

Proposé par www.al-misbah.org

Vous aimerez aussi...