Invocation N°45 – Lors des adieux au mois béni de Ramadhan

ramadhan-1Notre Dieu, Ô Celui qui n’a pas envie de sanctionner, ô Celui qui ne regrette pas de donner, ô Celui qui ne rétribue pas son serviteur à égalité [de ses actions], Ta Bonté est commencement et Ton Pardon bienveillance, Ton Châtiment justice, Ton Arrêt le meilleur (ou un choix). Si Tu donnes, Tu ne mélanges pas ce que Tu donnes avec de la gratitude et si Tu fais obstruction, Ton Obstruction n’est pas injuste.

Tu remercies celui qui T’a remercié alors que c’est toi qui lui as inspiré Ton remerciement ; Tu rétribues celui qui Te loue alors que c’est Toi qui lui as appris Ta louange ; Tu couvres celui qui, si Tu l’avais voulu, Tu aurais mis à découvert, Tu donnes généreusement à celui qui, si Tu l’avais voulu, Tu aurais privé et tous les deux mériteraient de Toi d’être mis à découvert et d’être privé.

Mais Tu as bâti Tes Actions sur la Bienveillance, Tu as fondé Ta Puissance sur la Tolérance, Tu as recueilli avec Mansuétude celui qui T’a désobéi, Tu as accordé du temps à celui qui s’est voulu du mal, attendant d’eux, par Ta Patience, leur retour à Toi et abandonnant de Te précipiter [de les châtier] pour le repentir, pour que le réprouvé d’entre eux ne périsse pas de Tes Mains et que le malfaiteur d’entre eux ne soit réduit à la misère par Ton Bienfait qu’après une longue mise en garde et une succession de preuves à son encontre, par générosité de Ton Pardon, ô Généreux, par suite de Ton Affection, ô Clément !

C’est Toi qui as ouvert pour Tes serviteurs, une porte sur Ton Pardon que Tu as appelée le repentir, Tu as placé à cette porte un guide de Ton Inspiration pour qu’ils ne s’égarent pas loin d’elle et Tu as dit (que Ton Nom soit sanctifié) : {Revenez à Dieu avec un repentir sincère. II se peut que votre Seigneur efface vos fautes et qu’Il vous fasse entrer dans des Jardins où coulent les ruisseaux, le Jour où Dieu ne couvrira de honte ni le Prophète, ni ceux qui auront cru avec lui, leur lumière courant devant eux et à leur droite. Ils diront : « Notre Seigneur, parachève pour nous notre lumière, pardonne-nous ! Oui, Tu es Puissant sur toute Chose. »} (Verset 8/sourate 66)

Alors, quelle est l’excuse de celui qui a négligé d’entrer dans cette demeure après l’ouverture de la porte et l’établissement du guide ? Et c’est Toi qui as fait monter les enchères, à Tes Dépens, en faveur de Tes serviteurs. Tu veux leur profit dans leur commerce avec Toi, leur bénéfice par leur venue à Toi et un excédent de Ta Part.

Tu as dit (que Ton Nom soit béni et que Tu sois Elevé) : {Celui qui se présentera avec une bonne action recevra en récompense dix fois autant. Celui qui se présentera avec une mauvaise action ne sera rétribué que par quelque chose d’équivalent.} (Verset 160/Sourate 6)

Tu as dit : {Ceux qui dépensent leurs biens dans le chemin de Dieu sont semblables à un grain qui produit sept épis ; et chaque épi contient cent grains. Dieu accorde le double à qui Il veut.} (Verset 261/Sourate 2)

Tu as dit : {A celui qui fait à Dieu un beau prêt, Dieu le rendra avec abondance.} (Verset 245/Sourate 2) Et ce que Tu as fait descendre de semblables dans le Coran concernant la multiplication [des récompenses attribuées aux] bonnes actions.

C’est Toi qui leur as indiqué, par Ta Parole provenant de Ton Savoir des Mystères et par Ton Incitation, dans laquelle se trouve leur chance durant ce mois, ce que, si Tu le leur avais dissimulé (à eux), leurs regards ne [pourraient] le percevoir, ni leurs ouïes l’entendre, ni leurs suppositions l’atteindre.

Tu as dit : {Souvenez-vous de Moi, Je nie souviendrai de vous ! Remerciez-Moi et ne soyez pas ingrats envers Moi !} (Sourate 152/Verset 2)

Et Tu as dit : {Si vous remerciez, je vous multiplierai Mes Bienfaits]. Si vous êtes ingrats envers Moi, Mon Châtiment sera terrible !} (Verset 7/Sourate 14)

Et Tu as dit : {Invoquez-Moi et Je vous exaucerai ! Ceux qui se refusent à M’adorer par orgueil entreront en enfer, méprisés.} (Verset 60/Sourate 40)

Ainsi, Tu as qualifié l’invocation de Toi d’acte d’adoration et son abandon d’orgueil et Tu as promis à ceux qui l’abandonnent, l’entrée en enfer, méprisés.

Alors, par Ta Grâce, ils T’invoquent et par Ta Faveur, ils Te remercient, ils T’invoquent selon Ton Ordre et ils donnent en aumône pour Toi, dans l’attente davantage de Toi ; et dans tout cela, se trouvent leur salut de Ta Colère, leur gain de Ta Satisfaction !

Et si une créature avait indiqué à une autre, d’elle-même, comme ce que Tu as indiqué à Tes serviteurs de Ta Part, elle aurait été qualifiée de bienfaisante, considérée avec gratitude et louée par toutes les langues.

Alors, à Toi la Louange tant qu’il se trouvera un moyen pour le faire et tant qu’il restera, pour Te jouer, une parole avec laquelle Te louer et un sens vers lequel aller.

Ô Celui qui a fait que Ses serviteurs Le louent, par Bienfaisance et par Faveur et qui les a comblés de dons et de richesses ! Quoi de plus répandus que Tes Bienfaits parmi nous, quoi de plus étendus que Tes Dons sur nous, quoi de plus particulière que Ta Bienveillance sur nous !

Tu nous as menés à Ta Religion que Tu as choisie, à Ta Confession dont Tu es satisfait et à Ta Voie que Tu as facilitée, Tu nous as fait voir la proximité auprès de Toi et l’accès à Ta Munificence !

Notre Dieu, Tu as placé, comme meilleure partie de ces charges et comme particularité de ces obligations, le mois de Ramadan que Tu as distingué des autres mois, Tu l’as choisi parmi tous les temps et toutes les époques, Tu l’as préféré à tous les moments de l’année, par le fait que, durant ce mois, Tu as descendu le Coran et la Lumière, Tu as intensifié la foi, Tu as imposé le jeûne, Tu as incité à la veillée [pour T’adorer], Tu [l’] as honoré de la nuit d’al-Qadr qui est meilleure que mille mois.

Ensuite, par ce mois, Tu nous as préférés à l’ensemble des peuples et Tu nous as choisis, à l’exclusion des autres religions, ainsi, nous avons jeûné pendant le jour [obéissant à] Ton Ordre et pendant la nuit, avec Ton Aide, nous avons veillé [pour T’adorer], réclamant pour notre jeûne et notre veillée ce que Tu nous as prédisposé en Miséricorde et ce que nous méritons en récompenses.

Tu regorges de ce qui est désiré [pendant ce mois] auprès de Toi ; Tu es le Donateur de ce qui T’est demandé de Ta Faveur, le Proche pour celui qui a cherché à se rapprocher de Toi.

Ce mois a pris une place en nous digne de louanges et est devenu pour nous, un compagnon dévoué, il nous a-fait réaliser le meilleur profit des mondes, ensuite, il nous a quittés quand son temps s’est achevé, sa durée écoulée et le nombre [des jours] accompli.

Nous faisons nos adieux à quelqu’un dont la séparation nous coûte cher et nous attriste, dont le départ provoque en nous de la nostalgie, dont nous devons de protéger le pacte, d’observer l’honneur, de réaliser les droits.

Alors, nous disons : « Que la Paix soit sur toi, ô le plus grand mois de Dieu, ô fête des élus !

Que la Paix soit sur toi, ô le plus généreux compagnon, ô meilleur mois dans les jours et les heures !

Que la Paix soit sur toi, mois durant lequel les espoirs se sont approchés et les tâches répandues !

Que la Paix soit sur toi, compagnon qui, présent, est d’une valeur imposante et qui, absent, est une privation affligeante [toi qui es] désiré et dont la séparation est douloureuse !

Que la Paix soit sur toi, ami intime le plus familiarisant à son arrivée alors qui rend heureux et le plus affligeant à son départ donc qui fait souffrir !

Que la Paix soit sur toi, voisin pendant lequel les cœurs se sont adoucis et les péchés ont diminué !

Que la Paix soit sur toi, partisan qui vient en aide contre le démon, compagnon qui facilite les chemins du Bien !

Que la Paix soit sur toi, combien nombreux sont ceux qui ont été libérés [du feu] par Dieu, durant ce mois et combien heureux est celui qui a respecté ton honneur durant ce mois !

Que la Paix soit sur toi, comme tu étais le plus absolutoire des péchés et le plus dissimulateur des différents défauts !

Que la Paix soit sur toi, comme tu étais indulgent avec les criminels et auguste dans les cœurs des croyants !

Que la Paix soit sur toi, mois qui n’a pas d’égal aux autres jours !

Que la Paix soit sur toi, mois dépourvu de toute incidence !

Que la Paix soit sur toi, dont la compagnie n’est ni désagréable ni blâmable !

Que la Paix soit sur toi, comme tu nous as pourvus de bénédictions et tu nous as lavés des souillures des péchés !

Que la Paix soit sur toi, qui n’es pas quitté par dégoût ni dont le jeûne n’est laissé par lassitude !

Que la Paix soit sur toi, qui es demandé avant ton temps et qui es déploré avant ta fin !

Que la Paix soit sur toi, combien de maux nous ont été retirés et combien de biens ont été répandus sur nous, grâce à toi !

Que la Paix soit sur toi et sur la nuit d’al-Qadr qui est Meilleure que mille mois !

Que la Paix soit sur toi, combien notre envie de toi était forte hier et combien notre désir de toi sera grand demain !

Que la Paix soit sur toi, et sur tes faveurs dont nous avons été privés et sur les bénédictions passées dont nous avons été dépouillés ! »

Notre Dieu, nous sommes les gens de ce mois par lequel Tu nous as honorés, pour lequel Tu nous as rendus aptes par Ta Grâce, alors que les misérables ignorent son moment, sont privés de sa faveur à cause de leurs torts. Toi, Tu es le Maître en nous le faisant connaître, en nous ayant guidés vers ses règles, et déjà, nous avons accompli, grâce à Ta. Réussite, son jeûne et ses actes [d’adoration] [mais] avec manquement [de notre part] et durant ce mois, nous n’avons accompli qu’un peu de la multitude.

Notre Dieu, alors à Toi la Louange, en faisant l’aveu de nos mauvaises actions, en reconnaissant nos négligences et pour Toi du [fond de] nos cœurs, l’engagement du regret de nos langues, la sincérité de la demande d’excuse. Alors, secours-nous de l’insuffisance de nos actes durant ce mois, d’un secours par lequel nous saisissons la faveur désirée en lui, et nous recevons en compensation, par lui [différentes] sortes de récompenses convoitées, accorde-nous de nous excuser pour nos manquements à Ton Droit durant ce mois, fais-nous atteindre le mois de Ramadan prochain, en nous maintenant en vie ! Et si nous l’atteignons, alors aide-nous à atteindre ce que Tu mérites en adoration, fais-nous parvenir à accomplir ce que mérite l’obéissance [à Toi], accorde-nous de bonnes actions, celles qui nous font atteindre Ton Droit durant les deux mois des mois du temps.

Notre Dieu, pour ce qui, durant ce mois (qui est le nôtre), nous est arrivé en péchés véniels ou graves, ou pour ce qui nous est tombé dessus en péchés ou pour ce que nous avons acquis en fautes [faites] volontairement ou par oubli, pour ce que nous nous sommes faits du tort à nous-mêmes ou pour ce que nous avons porté atteinte aux droits d’autrui, prie sur Mohammed et sur sa famille et recouvre-nous de Ta Couverture, pardonne-nous de Ton Pardon, ne nous expose pas aux regards de ceux qui se réjouissent de notre malheur ni aux propos (des langues) des tyrans à notre encontre durant ce mois, pour ce que Tu désapprouves en nous, durant ce mois, par Ta Bonté qui ne s’épuise pas et par Ta Faveur qui ne diminue pas !

Notre Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille, panse notre malheur [du départ] de notre mois et bénis-nous en ce jour de notre Aïd (notre fête) et de notre rupture du jeûne, rends-le le meilleur des jours passés, attirant le plus Ton Pardon et effaçant le plus nos péchés, pardonne nos péchés cachés et connus !

Notre Dieu, dépouille-nous de nos péchés par le dépouillement de ce mois, retire de nous les mauvaises actions par son départ, fais de nous les plus heureux de ses gens par lui, les plus comblés d’eux et les plus fortunés parmi eux en chance !

Notre Dieu [comme] pour celui qui a pris en considération le droit de ce mois à son juste droit, qui a protégé son Inviolabilité à sa juste valeur, qui a appliqué ses règles d’une juste application, qui a eu peur.de ses péchés d’une juste piété, qui s’est approché de Toi d’une offrande qui a imposé Ta Satisfaction et a infléchi Ta Miséricorde sur lui, accorde-nous la même chose par Ta ‘Largesse et donne nous même le multiple de Ta Faveur, car Ta Faveur ne se réduit pas, Tes Réservoirs ne diminuent pas au contraire ils regorgent, car les joyaux de Tes Bontés ne disparaissent pas et Ton Don est le Don pur par excellence.

Notre Dieu, prie sur Mohammed et sur sa famille et écris-nous une rétribution égale à celle de celui qui a jeûné ou qui T’a adoré pendant ce mois jusqu’au Jour du Jugement.

Notre Dieu, en ce jour de rupture du jeûne que Tu as rendu pour les croyants jour de fête et de joie et pour les gens de Ta Religion, regroupement et rassemblement, nous nous repentons auprès de Toi de tout péché que nous avons commis, de tout mal que nous avons accompli ou de toute mauvaise pensée que nous avons voilée, du repentir de celui qui est déterminé à ne pas revenir sur ses péchés, à ne plus retomber après cela dans l’erreur, d’un repentir sincère, exempt de doute et d’indécision, aussi, accepte-le de notre part, sois satisfait de nous et affermis-nous dans le [repentir].

Notre Dieu, accorde-nous la peur des châtiments prédits et l’envie de la récompense promise, au point d’éprouver le plaisir de ce que nous demandons et l’angoisse de tout ce dont nous demandons Ta Protection, place-nous auprès de Toi parmi les repentants pour qui Tu T’es imposé l’Amour et de qui Tu as accepté le retour à l’obéissance à Toi, ô le plus Juste des justes !

Notre Dieu, sois Indulgent envers nos pères et nos mères et les gens de notre religion en général, pour ceux qui ont précédé et ceux qui ont passé jusqu’au jour du Jugement Dernier.

Notre Dieu prie sur Mohammed, notre Prophète et sur sa famille, comme Tu as prié sur Tes Anges proches, prie sur lui et sur sa famille comme Tu as prié sur Tes Prophètes Messagers, prie sur lui et sur sa famille comme Tu as prié sur Tes serviteurs purs et prie sur eux d’une prière meilleure que cela, Ô Seigneur des mondes, d’une prière dont les bénédictions nous atteignent et le profit nous est transmis, et par laquelle nos demandes sont exaucées, car Tu es le plus Généreux de ceux qui sont désirés, le plus Suffisant de ceux sur lesquels on compte, le plus Donateur de ceux dont les faveurs sont sollicitées et Toi, Tu es Puissant sur toute chose !

Proposé par www.al-misbah.org

Vous aimerez aussi...