Note d’un enfant à l’attention de ses parents

ducation-3Voici un texte que nous avons librement traduit du magazine « The Minister » de janvier 2005. Le texte d’origine est intitulé « Memo from a child to his parents » et a été écrit par sheikh Muslim Bhanji.

Nous avons tenté de traduire aussi fidèlement que possible le message que Sheikh a tenté de transmettre à nous parents.

Bonne lecture et tirons en les enseignements afin que nous puissions dispenser à nos enfants la meilleure éducation possible.

Ne me gâtez pas. Je sais bien que je ne devrais pas avoir tout ce que je demande. Je ne fais que vous tester.

N’hésitez pas à être ferme avec moi. Je préfère cela, car cela me donne un sentiment de sécurité.

Ne me laissez pas prendre de mauvaises manières. Je compte sur vous pour les déceler dès mon plus jeune âge.

Ne me faites pas sentir plus petit que ce que je ne le suis, car cela me fera comporter stupidement « grand ».

Ne me corrigez pas devant les autres gens si vous voulez m’aider. Je serai bien plus attentif et réceptif si vous me parlez doucement et en privé.

Ne me faites pas ressentir mes erreurs comme s’ils étaient des péchés. Cela bouleversera mes sens des valeurs.

Ne me protégez pas des conséquences de mes actes. J’ai parfois besoin d’apprendre d’une manière pénible.

Ne soyez pas non plus blessé lorsque je vous dis : « Je vous déteste. » Ce n’est pas vous que je déteste, mais votre capacité à me contre-carrer.

Ne prêtez pas trop attention à mes petits caprices. Parfois, il m’apporte l’attention dont j’ai besoin.

Ne me grondez pas sans cesse, car je risquerai de faire la sourde oreille pour me protéger.

N’oubliez pas que je ne peux pas m’expliquer moi-même aussi bien que j’aimerais le faire. C’est pourquoi je ne suis pas toujours précis.

Ne me découragez pas quand je pose des questions. Si vous le faites alors vous verrez que j’arrêterai d’en poser et je chercherai mes réponses auprès d’autres personnes.

Ne soyez pas inconséquents. Cela ne fera que m’embrouiller et me fera perdre ma confiance en vous.

Ne me dites pas que mes peurs sont ridicules. Elles sont tellement réelles et vous pouvez tant m’aider en me rassurant si vous tentez de comprendre.

Ne me laissez jamais croire que vous êtes parfait et infaillible. Ce sera un choc extrême pour moi que de découvrir que vous ne l’êtes pas.

Ne pensez jamais que c’est faire affront à votre dignité que de me présenter vos excuses. Un pardon sincère ne fera que conforter mon affection à votre égard.

N’oubliez pas que j’aime faire des expériences. Il m’est impossible de ne pas en faire, alors s’il vous plait ayez en conscience.

N’oubliez pas à quel point je grandis rapidement. Cela doit être vraiment difficile pour vous à me suivre et à ne pas me perdre de vue. Mais s’il vous plait, essayez de le faire.

N’oubliez pas que je ne peux pas m’épanouir sans amour et sans compréhension, mais cela, je n’ai pas besoin de vous le rappeler, n’est-ce pas?

S’il vous plait, portez-vous bien et en bonne santé. J’ai besoin de vous.

Source: magazine « The Minister » de janvier 2005

Traduit et proposé par www.al-misbah.org

Vous aimerez aussi...