L’Islam et la Modernité par Sayed Mortadhâ Motahhary (Partie II)

modernite-2L’homme n’est pas le seul être vivant qui mène une vie sociale. Beaucoup d’animaux, notamment les insectes, sont grégaires. Ils suivent des règles sensibles, mais fixes de coopération, de division du travail, de production et de distribution, et ils donnent et reçoivent des ordres. Les abeilles, certaines espèces de fourmis et de termites vivent selon des systèmes si superbes que l’homme, qui se considère comme étant le prince de la création, devrait mettre des années, ou même des siècles pour arriver à leur niveau.

Leur civilisation, contrairement à la civilisation humaine, n’a pas passé par des étapes d’évolutions telles que l’âge de forêt, l’âge de pierre et l’âge atomique. Ils ont eu, dès le début, la même civilisation et le même système qu’ils ont de nos jours. C’est l’homme seulement qui a commencé sa vie à partir de zéro (voir Sourate al-Nisâ’, 4 : 28 : « L’homme a été créé faible ») et qui continuera ainsi jusqu’à l’infini.

Pour les animaux, les nécessités de la vie sont toujours les mêmes. La modernité et les nouvelles modes n’ont pas de sens pour eux. L’ancien monde et le nouveau monde n’existent pas pour eux. La science ne fait pas chaque jour une nouvelle découverte les concernant. Les plus récents produits de la lumière et des industries lourdes ne sont pas entrés dans leur marché. Pourquoi ? Parce qu’ils vivent par l’instinct et non par la raison.

Mais la vie sociale de l’homme est toujours sujette à changement. Chaque siècle le monde change. Et c’est là que réside le secret du fait que l’homme est considéré comme le prince de la création. L’homme est le fils mature et digne de la nature. Il est arrivé à un stade d’évolution où il n’a pas besoin de la guidance de cette force mystérieuse qu’est l’instinct.

La nature reconnaît que l’homme est mûr, et c’est pourquoi elle le laisse libre. Ce qu’un animal accomplit par instinct et en suivant les lois inviolables de la nature, l’homme doit l’accomplir par son intellect et sa connaissance, et en suivant des lois décrétées et « violables ». Étant le maître de son destin, l’homme peut toujours dévier de la voie du progrès, et c’est là que réside le secret de ses faux pas, de ses revers et de ses erreurs. De même que la voie du progrès et de l’avancement lui est ouverte, de même la voie de la corruption, de la perversité et de l’échec l’est aussi.

L’homme a atteint un tel stade d’évolution que, selon les termes du Saint Coran, il peut prendre en charge la lourde responsabilité que les cieux, la terre et les montagnes n’ont pu porter. En d’autres termes, il peut mener une vie libre et accepter des responsabilités légales, professionnelles et autres. C’est la raison pour laquelle il n’est pas immunisé contre l’erreur, l’égoïsme, l’ignorance et l’injustice.

 Là où le Coran évoque cette formidable capacité de l’homme, il souligne immédiatement son « injustice » et son « ignorance ».

Ces deux capacités de l’homme : sa capacité d’évoluer et sa capacité de dévier sont inséparables. L’homme n’est pas pareil à l’animal qui, dans sa vie sociale, ne peut ni avancer, ni reculer, ni tourner à gauche ni à droite. Dans sa vie, l’homme avance parfois et recule parfois. S’il y a dans la vie humaine mouvement et accélération, il y a aussi arrêt et pause. S’il y a progrès et évolution, il y a aussi corruption et déviation. S’il y a vertu et justice, il y a aussi agression et injustice. S’il y a manifestations de savoir et de sagesse, il y a également manifestations d’ignorance et de passion.

Et il est possible que les changements qui interviennent et les phénomènes qui apparaissent à chaque étape soient de la dernière catégorie (passion, injustice, déviation, etc.).

Les esprits rigides et les ignorants

L’homme fait parfois trop de choses, et parfois pas assez. S’il veut adopter une attitude intermédiaire, il doit s’efforcer de distinguer les changements de la première catégorie et les changements de la seconde catégorie. Il doit s’efforcer de faire évoluer l’époque par la force de la science, l’invention, l’effort et le travail. Il doit s’efforcer de s’adapter aux aspects du développement et du progrès de son époque. Il doit aussi s’efforcer d’empêcher l’avènement de déviations liées à l’époque et d’éviter de s’y engager.

Mais, malheureusement, l’homme n’adopte pas toujours cette attitude. Il est sujet à tomber dans deux fléaux dangereux : la maladie de la rigidité et la maladie de l’ignorance. Le premier mal conduit à la stagnation et au refus du progrès, le second, à la perversité et à la ruine.

Un esprit rigide a de l’aversion pour tout ce qui est nouveau et ne peut se réconcilier avec rien qui ne soit ancien. D’un autre côté un ignorant considère tout ce qui est nouveau comme étant moderne et progressiste, comme étant une exigence de l’époque. Pour un esprit rigide, tout nouveau développement signifie corruption et perversité, alors que pour l’ignorant, tous les nouveaux développements signifient, indistinctement, l’expansion de la culture et de la connaissance.

Les gens rigides ne distinguent pas la coque du grain, la fin et les moyens. À leur avis le devoir de la religion est de préserver tout ce qui est désuet et suranné. Ils pensent que le Coran est descendu pour arrêter la marche de l’histoire et fixer les conditions du monde au stade où elles se trouvaient.

Dans leur optique, les vieilles coutumes dépassées, telles que l’habitude de commencer la lecture par la dernière partie du Coran, d’écrire avec un roseau, d’utiliser un étui à stylo fait de carton, de se laver dans le bain turc à l’ancienne, de manger avec les mains, s’éclairer avec une lampe à pétrole, et de vivre dans l’ignorance et l’analphabétisme, constituent des rites religieux qu’il faut préserver. À l’opposé, les ignorants ont les yeux fixés sur le monde occidental afin de pouvoir imiter toute nouvelle mode et toute nouvelle coutume, et ils appellent cela modernité et exigence de l’époque.

L’esprit rigide et l’ignorant supposent tous les deux que les anciens usages et coutumes font partie des rites de la religion, mais à cette différence près que le premier veut les préserver alors que le second (l’ignorant) croit que la religion est essentiellement concomitante du culte de l’ancien et de la tendance à la stagnation et à l’inertie.

Au cours des quelques derniers siècles, la question de la contradiction entre la religion et la science a fait l’objet de beaucoup de débats en Occident. L’idée de la contradiction est née de deux développements :

  1. Tout d’abord l’Église avait adopté quelques notions philosophiques et scientifiques anciennes, comme étant des croyances religieuses qu’il fallait accepter, mais ces notions se sont avérées fausses grâce au progrès de la science.
  2. Ensuite, le fait que la science a changé le visage et les conditions de la vie.

De la même façon qu’ils ont donné une coloration religieuse à certaines questions philosophiques, les religieux rigides ont essayé de faire appartenir à la religion la forme matérielle extérieure de la vie, ce qui a conduit les ignorants à croire que les choses sont effectivement ainsi, et que la religion avait adopté une conception matérielle de la vie pour les gens. Or, étant donné que la forme matérielle de la vie doit — selon la science — changer, la science a décrété l’abolition de la religion.

La rigidité des uns et l’ignorance des autres ont engendré l’idée fictive de la contradiction entre la science et la religion.

Une parabole du Coran

L’Islam est une religion progressiste, et il veut que ses adeptes soient progressistes eux aussi. Le Noble Coran a recouru à une parabole pour persuader les Musulmans de continuer de marcher en avant sous la lumière de l’Islam. Il dit que les adeptes de Mohammad sont comme un grain semé dans le sol. Il fait d’abord sortir sa pousse, puis il devient robuste, il grossit, il se dresse sur sa tige. Il grossit si rapidement que les semeurs sont saisis d’admiration.

C’est là une analogie avec la société que le Coran vise. Ce que le Coran désire, c’est le développement. Il veut poser la fondation d’une société qui s’épanouit, se développe et s’étend continuellement.

Will Durant écrit qu’aucune religion n’a invité ses adeptes à se renforcer, comme l’a fait l’Islam. L’histoire de la première période de l’Islam montre combien l’Islam a pu reconstruire une société et la pousser en avant.

L’Islam est à la fois contre la rigidité et l’ignorance et les considère toutes deux dangereuses. La stérilité intellectuelle de l’esprit rigide, et son inclination aux vieilles coutumes qui n’ont rien à voir avec l’Islam authentique ont fourni à l’ignorant un prétexte pour considérer l’Islam comme étant réellement opposé à la modernité. D’autre part, le fait que l’ignorant suive et adopte les dernières modes et façons de l’Occident, et croie que la prospérité des peuples orientaux dépend de leur occidentalisation complète aussi bien sur le plan matériel que spirituel, de leur acceptation des habitudes, des manières et des traditions de l’Occident, et de l’adoption aveugle de lois civiles et sociales semblables à celles des nations occidentales, tout ceci a fourni à l’esprit rigide le prétexte de regarder tout ce qui est nouveau avec suspicion, et à le considérer comme une menace pour sa religion, son indépendance et la personnalité sociale de sa communauté.

Entre-temps, c’est l’Islam qui doit payer le prix de l’erreur de ces deux catégories qui ont une fausse conception de la religion. La rigidité de l’esprit rigide a laissé le champ libre à l’ignorant pour tout saccager, et l’ignorance de l’ignorant a rendu l’esprit rigide plus obstiné dans ses croyances.

Il est surprenant que ceux qui se disent cultivés, mais qui sont en réalité des ignorants pensent que le temps est infaillible. La vérité est que tous les changements sont opérés par l’homme, et l’homme, lui, n’est pas du tout infaillible. Dès lors, comment peut-on présumer que les changements de l’époque doivent être nécessairement à l’abri de l’erreur ?

De même que l’homme a des inclinations scientifiques, morale, esthétique et religieuse, et qu’il prend constamment de nouvelles mesures pour le bénéfice de l’humanité, de même il a aussi certaines tendances négatives. Il est égoïste, avide de pouvoir et de plaisirs. Il aime l’argent et l’exploitation. S’il est capable de faire de nouvelles découvertes et de trouver de meilleurs moyens pour satisfaire ses besoins, il est susceptible aussi de commettre des fautes. Mais les gens mal guidés et mal informés ne comprennent pas cela. Ils récitent toujours la même litanie sur le même ton, en répétant que le monde moderne est ceci et cela.

Ce qui est encore plus surprenant, c’est qu’ils comparent les principes de la vie à des objets tels que les souliers, le chapeau et le vêtement. Comme ces objets sont recherchés lorsqu’ils sont neufs, et jetés lorsqu’ils sont usés et déchirés, il en va de même, selon eux, pour les vérités universelles. Pour eux, le bien et le mal n’ont d’autre sens que le nouveau et l’ancien. Le féodalisme est mauvais parce qu’il est tout simplement devenu ancien et sorti de la mode. Autrement, il était tout à fait bien lorsqu’il fut introduit pour la première fois dans le monde.

D’une façon similaire, l’exploitation de la femme est une mauvaise chose, seulement parce qu’elle est détestée par le monde moderne ; autrement, ces mêmes gens qui combattent aujourd’hui cette exploitation refusaient jusqu’à une date récente d’accorder aux femmes leur part dans l’héritage. Ils ne reconnaissaient pas à la femme le droit à la propriété ni ne respectaient sa volonté et ses opinions.

Selon ces gens, notre ère étant l’ère de l’espace, pendant laquelle il n’est plus possible de monter sur un âne et de ne pas prendre l’avion, d’utiliser une lampe à pétrole au détriment de l’électricité, de tisser avec la main au lieu d’installer de grandes usines textiles, d’écrire à la main au lieu de faire appel aux formidables appareils d’imprimerie, de la même façon il n’est pas possible de ne pas participer aux soirées dansantes, aux réunions de nudisme, aux réceptions mondaines luxueuses ni d’éviter le bavardage autour d’un verre d’alcool, les jeux de hasard, le port de vêtements courts à la mode, car tout ceci constitue des signes de modernité auxquels il faut souscrire sous peine de revenir à l’âge de l’âne.

Ils prétendent que telle est l’ère atomique, l’ère de la science, l’ère du satellite et des missiles balistiques. C’est très bien ! Nous aussi, nous remercions Allah de nous faire vivre à cette époque, et nous souhaitons pouvoir jouir au maximum des avantages de la science et de l’industrie. Mais hormis la source de la science, toutes les autres sources ont-elles tari vraiment à notre époque ? Est-ce que tous les phénomènes de notre siècle sont le produit du progrès scientifique moderne ? La science prétend-elle contrôler totalement la nature ? Non, la science n’a pas une telle prétention. Le drame de notre siècle réside en ceci qu’un groupe de scientifiques essaient, avec une bonne intention, de faire de nouvelles découvertes intéressantes, alors qu’un autre groupe de gens égoïstes, avides de pouvoir et d’argent, opportunistes, font mauvais usage du fruit des efforts des scientifiques, afin de parvenir à leurs buts douteux. La science se plaint constamment d’être mal utilisée par l’obstination de la nature humaine rebelle, et c’est là le malheur de notre époque.

La science fait des progrès dans le domaine de la physique et de la découverte des lois de la lumière, mais une bande d’opportunistes exploitent ce progrès scientifique pour faire des films qui ne débouchent que sur la destruction du tissu familial. Les chimistes font des progrès et découvrent les propriétés des diverses substances et leurs combinaisons, mais quelques individus exploitent ces découvertes pour fabriquer de l’héroïne qui constitue une destruction de l’homme. La science fraie son chemin vers le cœur de l’atome, et découvre une merveilleuse source d’énergie, mais avant de pouvoir mettre cette source d’énergie au service de l’humanité, les gens avides du pouvoir accourent pour transformer ce progrès scientifique en une bombe atomique qu’ils lancent sur un peuple innocent.

Lorsqu’on organisa une réception en l’honneur d’Einstein, le plus grand scientifique du 20e siècle, le savant monta sur la tribune et dit : « Honorez-vous l’homme qui a servi d’instrument pour la fabrication de la bombe atomique ? » Einstein n’a pas utilisé lui-même son savoir pour fabriquer la bombe atomique, ce sont les autres qui se sont servis de ses découvertes pour mettre au point cet engin de destruction.

L’utilisation de l’héroïne, de la bombe atomique et des films de violence et de pornographie ne peut pas être justifiée sous le prétexte qu’ils constituent les phénomènes du 20e siècle.

Si les derniers types de bombardiers sont utilisés pour lancer les bombes les plus perfectionnées sur les peuples d’autres nations, et que les gens les plus instruits sont employés pour accomplir cette mission destructive, le fait d’avoir recours à ces moyens modernes enlève-t-il à celle-ci son caractère barbare ?

Non, tout ce qui est moderne n’est pas forcément progrès humain.

Proposé par www.al-misbah.org

Vous aimerez aussi...